Quels probiotiques utiliser pour soulager le syndrome de l’intestin irritable ?

Article rédigé par :

Une femme recroquevillée sur son canapé souffre du syndrome de l'intestin irritable.

Vous souffrez du syndrome de l’intestin irritable et vous vous demandez comment soulager naturellement vos symptômes ? Les probiotiques pourraient être la réponse que vous cherchez. Lisez la suite pour découvrir les recherches les plus récentes sur les probiotiques les plus efficaces et comment ils peuvent vous aider à retrouver un confort digestif.

Table des matières

Vous avez des questions à propos des travaux de Jacques Prunier ou vous souhaitez passer commande des produits SynerJ-Health ?

En tant que Mandataire SynerJ-Health je suis là pour vous conseiller !

Quel probiotique est le plus efficace pour soulager le syndrome de l'intestin irritable (SII) ?

Des gélules de probiotiques pour soulager le syndrome de l'intestin irritable.

Pour soulager les troubles du syndrôme de l’intestin irritable, le probiotique Bifidobacterium longum 35624 a été scientifiquement prouvé comme étant le plus efficace, comme le confirme l'Organisation mondiale de gastroentérologie et la Société Savante des Maladies et Cancers de l’Appareil Digestif.

En effet, la World Gastroenterology Organisation (l’Organisation mondiale de gastroentérologie) précise même que Bifidobacterium longum 35624 s’est avéré efficace pour soulager les symptômes du SCI à raison de 100 millions d’UFC/jour, alors que la dose efficace d’autres produits probiotiques est de 300 à 450 milliards d’UFC trois fois par jour.

Une étude de 2022 conclut donc que le traitement de trente jours avec B. longum 35624 réduit la gravité de la maladie et améliore la qualité de vie des patients atteints de SII, en particulier ceux présentant les formes les plus sévères de la maladie.

Cependant, il n’est pas pertinent de ne choisir qu’un seul probiotique dans une optique de soulager le SII !

Voici pourquoi :

Pourquoi est-il plus efficace d’utiliser plusieurs probiotiques pour soulager le syndrome de l'intestin irritable ?

Un modèle d'intestin en plastiuqe présenté par un médecin.

Une méta-analyse de 2019 a révisé trois études ayant évalué l’effet d’un complément à mono-souche, et huit autres essais ayant utilisé un probiotique à multi-souches.

Résultats ? 

Les probiotiques mono-souches, comme par exemple n’utiliser exclusivement que le Bifidobacterium longum dont nous avons parlé, ne soulagent les symptômes que sur 33,3 % des cas, alors que les probiotiques multi-souches (plusieurs probiotiques en même temps) sont efficaces à 75 % !

De plus, une revue réalisée en 2021 ayant examiné 521 études, incluant 42 essais contrôlés randomisés, révèle quatre probiotiques ayant démontré une réduction significative de la douleur abdominale dans le cadre du SII. Ces probiotiques sont : 

  1. Bacillus coagulans : 4.9 x plus efficace qu’un placebo
  2. Lactobacillus plantarum : 4.6 x plus efficace qu’un placebo
  3. Saccharomyces boulardii : 1.5 x plus efficace qu’un placebo
  4. Saccharomyces cerevisiae : 1.3 x plus efficace qu’un placebo

Comme nous pouvons le constater, Bifidobacterium longum mentionné plus haut n’y figure pas ! 

Comment expliquer ceci ?

C’est simple :

Malgré de nombreuses revues et études, le consensus scientifique actuel, approuvé par le Journal of Gastroenterology and Mobility, affirme que les preuves ne suffisent pas à désigner un probiotique unique comme potentiellement "le plus efficace" contre les troubles de l'intestin irritable.

Choisir parmi les différentes souches probiotiques en fonction de leurs bienfaits

Il est crucial de comprendre les propriétés spécifiques de chaque souche pour choisir le probiotique le plus adapté. Par exemple parmis les probiotiques que nous avons déjà cité plus haut :

  • Bifidobacterium longum : bloque les pathogènes, stimule le système immunitaire, inhibe Escherichia Coli, Salmonella, Rotavirus (infections gastro-intestinales). De façon générale, les bifidobactéries sont essentielles pour la santé intestinale et peuvent aider à réduire l’inflammation.
  • Bacillus coagulans : améliore la santé intestinale, renforce le système immunitaire, réduit les symptômes du syndrome du côlon irritable, aide à la digestion des lactoses
  • Lactobacillus plantarum : les lactobacilles réduisent l’inflammation intestinale, préviennent les infections respiratoires et intestinales et réduisent le niveau de cholestérol
  • Saccharomyces boulardii (levure) : traite et prévient les diarrhées, combat les infections à Helicobacter. pylori qui cause l’ulcère, réduit les effets secondaires des traitements pour Helicobacter pylori, améliore la santé intestinale générale
  • Saccharomyces cerevisiae (ou levure de bière) : aide à traiter la diarrhée, améliorer le confort digestif et maintenir une flore intestinale saine.

L'importance de choisir plusieurs souches probiotiques pour le SII

La combinaison de plusieurs souches peut offrir un soulagement plus complet des symptômes du SII et d’autres troubles digestifs. Une approche multi-souches permet donc de cibler différents aspects du syndrome de l’intestin irritable, offrant ainsi une solution plus holistique.

Le rôle crucial d’un microbiote diversifié dans le syndrome de l’intestin irritable

Deux mains sur un abdomen.

L'impact du microbiote sur la digestion

Le microbiote intestinal, ou flore intestinale, composé de milliards de bactéries, joue un rôle essentiel dans notre santé digestive. Sa diversité est primordiale pour le bon fonctionnement de notre système digestif.

Le microbiote aide à décomposer les aliments que notre estomac et notre intestin grêle ne peuvent pas digérer. Il produit également des vitamines essentielles et des acides gras à chaîne courte. Ces éléments nourrissent les cellules de la paroi intestinale et renforcent la barrière intestinale.

Un microbiote sain favorise une digestion efficace. Il prévient également la prolifération de bactéries pathogènes, des bactéries qui peuvent causer des infections et des inflammations.

Comment un déséquilibre peut entraîner des symptômes du SII

Un déséquilibre du microbiote est appelé dysbiose. La dysbiose peut résulter d’une alimentation déséquilibrée, de la prise d’antibiotiques ou du stress. Elle perturbe la digestion et peut entraîner des symptômes du SII.

Les symptômes courants du SII incluent des douleurs abdominales, des ballonnements et des troubles du transit. La recherche scientifique suggère que la dysbiose peut augmenter la sensibilité intestinale. Cela peut exacerber les symptômes du SII.

Restaurer l’équilibre du microbiote est donc essentiel. Cela peut aider à atténuer les symptômes du SII et à améliorer la qualité de vie des personnes touchées.

Dosage et efficacité des probiotiques : ce qu'il faut savoir

Tout d’abord, il est toujours conseillé de consulter un professionnel de santé pour déterminer le dosage approprié, en fonction des besoins individuels et des symptômes présentés.

La quantité de probiotiques est généralement mesurée en Unités Formant Colonie (UFC). Cette unité indique le nombre de bactéries vivantes présentes dans un produit. Cependant, la supplémentation en probiotiques est un processus qui nécessite patience et persévérance.

Il est donc plus important de s’assurer de prendre plusieurs probiotiques complémentaires comme nous l’avons vu, même à un dosage un peu faible, plutôt que de surcharger le microbiote avec peu de probiotiques en larges quantités.

Conseils pratiques pour l'utilisation des probiotiques en cas de syndrome de l’intestin irritable

Deux mains entourent un dessin d'intestin irritable.

Modalités de prise des probiotiques

Il est généralement recommandé de prendre des probiotiques à jeun, soit 30 minutes avant un repas ou deux heures après. À ce moment, l’acidité gastrique est plus faible, ce qui augmente la survie des bactéries bénéfiques lors de leur passage dans l’estomac.

Cependant, certains probiotiques, encapsulés de manière à résister à l’acidité gastrique, peuvent être pris à tout moment de la journée. Il est donc essentiel de se référer aux recommandations du fabricant ou d’un professionnel de santé.

La régularité est également un facteur clé. Pour une efficacité optimale, il est conseillé de consommer des probiotiques quotidiennement et de respecter la posologie indiquée.

Interactions et précautions d'emploi

Les probiotiques peuvent interagir avec certains médicaments ou substances, influençant ainsi leur efficacité ou provoquant des effets secondaires.

Il est recommandé d’éviter la consommation d’alcool lors de la prise de probiotiques. L’alcool peut perturber l’équilibre du microbiote intestinal et réduire l’efficacité des probiotiques.

Les antibiotiques, qui ciblent les bactéries, peuvent également affecter la survie des probiotiques. Si un traitement antibiotique est nécessaire, il est conseillé d’espacer la prise d’antibiotiques et de probiotiques d’au moins deux heures.

Les aliments très acides ou riches en sucre peuvent également influencer l’efficacité des probiotiques. Il est donc préférable de les consommer modérément lors d’un traitement probiotique.

Il est aussi essentiel de stocker les probiotiques selon les recommandations du fabricant, généralement à l’abri de la chaleur et de l’humidité, pour préserver leur viabilité.

L'importance d'une alimentation adaptée

Un sac de courses remplis de légumes.

Les probiotiques, bien que puissants, ne peuvent à eux seuls garantir une santé intestinale optimale.

L’alimentation joue un rôle primordial dans le soutien et la maximisation des bienfaits des probiotiques.

Les prébiotiques : nourriture des probiotiques

Les prébiotiques sont des fibres non digestibles qui nourrissent les probiotiques. On les trouve dans des aliments tels que les asperges, les bananes, l’ail et les oignons. En consommant régulièrement ces aliments, on offre aux probiotiques un environnement propice à leur prolifération.

Les aliments fermentés : sources naturelles de probiotiques

Les aliments fermentés comme le yaourt, la choucroute, le kéfir et le kimchi contiennent naturellement des probiotiques. Intégrer ces aliments à son régime alimentaire peut renforcer l’effet des compléments probiotiques.

Éviter les perturbateurs du microbiote

Les aliments ultra-transformés, riches en sucres et en graisses saturées, peuvent déséquilibrer la flore intestinale. Il est recommandé de limiter leur consommation pour préserver l’équilibre bactérien favorisé par les probiotiques. Ces aliments, souvent désignés sous le terme “UPF” (Ultra-Processed Food) dans la classification NOVA, ont été associés à des risques accrus de certaines maladies chroniques et à une faible densité nutritionnelle.

Les oméga-3 : alliés de la santé intestinale

Les acides gras oméga-3, présents dans les poissons gras comme le saumon, ont des propriétés anti-inflammatoires. Ils peuvent compléter l’action des probiotiques en réduisant l’inflammation intestinale souvent associée au SII.

Régime faible en FODMAP

Certains patients atteints de SII peuvent également bénéficier d’un régime pauvre en FODMAP (Oligosaccharides fermentescibles, Disaccharides, Monosaccharides et Polyols), qui désigne un groupe de glucides fermentescibles à chaîne courte que l’on trouve dans certains aliments.

SynerLife, un synbiotique complet pour soulager le syndrome de l’intestin irritable

Tous les probiotiques ne sont pas universellement efficaces contre l’ensemble des troubles digestifs tels que le SII, la diarrhée, les ballonnements, la constipation et les flatulences..

En effet, certaines études montrent des améliorations significatives grâce à certains probiotiques, tandis que d’autres n’observent aucun effet notable.

C’est là que le SynerLife, un complément alimentaire proposé par SynerJ-Health, se distingue par sa composition unique. Il ne se contente pas d’offrir des probiotiques, mais il est également enrichi en prébiotiques, comme l’inuline de chicorée.

Cette combinaison définie sous le nom de “synbiotique” par la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations), optimise les bienfaits sur la santé intestinal et offre ainsi un soulagement des symptômes associés au SII.

Un flacon de SynerLife, probiotique intestin irritable et poreux.

Questions Fréquentes sur les meilleurs probiotiques pour soulager le syndrome de l’intestin irritable (SII)

Le traitement du syndrome de l’intestin irritable (SII) repose sur une combinaison de modifications diététiques, de probiotiques, et parfois de médicaments. Il est également essentiel de gérer le stress, car il peut exacerber les symptômes.

Les probiotiques aident à rétablir l’équilibre du microbiote intestinal, réduisant ainsi l’inflammation, améliorant la barrière intestinale et modulant la réponse immunitaire, ce qui peut atténuer les symptômes du SII.

Plusieurs souches probiotiques ont montré des effets bénéfiques pour le SII, notamment Bifidobacterium longum, Bacillus coagulans, Lactobacillus plantarum, Saccharomyces boulardii et Saccharomyces cerevisiae. Cependant, les recherches scientifiques démontrent qu’il est plus efficace de choisir un ensemble de probiotiques variés, enrichis en prébiotiques, comme le propose le SynerLife de SynerJ-Health.

Un synbiotique, comme l’est le SynerLife de SynerJ-Health, est une combinaison de probiotiques et de prébiotiques. Tandis que les probiotiques sont des micro-organismes bénéfiques, les prébiotiques sont des fibres alimentaires qui nourrissent ces micro-organismes. Les synbiotiques offrent donc une approche double pour soutenir la santé intestinale.

En général, les probiotiques peuvent être pris avec des médicaments pour le SII. Cependant, il est toujours recommandé de consulter un médecin avant de combiner des traitements pour éviter d’éventuelles interactions.

Il n’y a pas de “meilleur” médicament universel pour le SII. Le choix du traitement dépend des symptômes spécifiques de chaque individu. Certains médicaments couramment prescrits incluent les antispasmodiques, les laxatifs et les agents anti-diarrhéiques. Il est crucial de consulter un médecin pour obtenir un traitement adapté.

Non, la durée de prise des probiotiques varie selon les individus et la gravité de leurs symptômes. Certains peuvent ressentir des bénéfices en quelques semaines, tandis que d’autres peuvent nécessiter un traitement plus long. Il est essentiel de consulter un professionnel de santé pour déterminer la meilleure approche.

Oui, bien que généralement considérés comme sûrs, certains individus peuvent ressentir des effets secondaires mineurs tels que des ballonnements ou des gaz. Ces symptômes sont généralement temporaires et disparaissent à mesure que le corps s’adapte.

Un travailleur fait la siestes, épuisé par les symptômes d'une intoxication aux métaux lourds

11 symptômes d’intoxication aux métaux lourds à surveiller

L’intoxication aux métaux lourds peut se manifester de manière subtile, masquant ses symptômes sous des affections courantes. Cet article dévoile les 11 signes d’alerte à surveiller, vous armant des connaissances nécessaires pour détecter et répondre à cette menace silencieuse. Table des matières Vous avez des questions à propos des travaux

Lire la suite »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Portrait de Jacques Prunier parlant dans un micro lors d'une conférence.

Les produits du chercheur Jacques Prunier peuvent-ils vous aider ?

Découvrez TOUT ce que vous devez savoir sur les produits SynerJ-Health.